Réforme du Lycée Sarkozy : derrière la com’, le replâtrage.

samedi 17 octobre 2009
par  SUD Education NICE
popularité : 2%

La com’ Élyséenne aura beau dire et beau faire, elle n’échappera pas à une cruelle réalité : les lycéens ont eu en 2008 la peau de la grande réforme du lycée voulue par Nicolas Sarkozy.

Dix mois après le retrait du projet Darcos, nous avons droit à une série de mesures inspirées par les préconisations du rapport remis en juillet par le directeur de Sciences Po Paris.

Rien qui ne permette d’atteindre les objectifs affichés de lutte contre les inégalités sociales au lycée, de casse de la hiérarchie des filières et de démocratisation du système ! Rien sur la nécessité de faire baisser les effectifs pléthoriques en lycée, de multiplier les travaux en petits groupes. Quant à la réflexion sur les contenus d’enseignement et les pratiques pédagogiques, elle est évacuée.

  • Premier principe : le « droit à l’erreur » et à la « réorientation » en cours de route.

Nous sommes pour, mais comment y croire alors que dans ses propositions le président remet en cause le service public d’orientation au profit de plate forme multimédia ?

Comment ne pas craindre qu’une orientation en cours d’année soit utilisée pour aggraver le tri social en envoyant les élèves vers une voie professionnelle non choisie ?

  • Deuxième piste : le rééquilibrage entre les filières, avec la revalorisation des baccalauréats technologiques et de la filière littéraire, qui deviendrait une filière internationale avec un apprentissage accru des langues étrangères et de leur pratique.

Comment y parvenir sans casser le pilotage par l’orientation post bac qui laisse si peu de débouchés à ces filières au contraire de la série S ?

  • Troisième idée : l’accompagnement personnalisé de 2h des élèves déjà présent dans les lycées à travers les heures de module et d’aide individualisée.

Sur quels enseignements ces moyens vont ils être pris puisque le président reforme à « moyen constant »…

C’est-à-dire avec encore 16 000 postes en moins l’an prochain !

  • Quatrième trouvaille : le lycée français mettra l’accent sur l’apprentissage et la pratique des langues étrangères, particulièrement l’anglais.

Aucun allégement des groupes de langues mais l’Élysée suggère des étudiants étrangers pour des cours de conversation.

  • Cinquième chantier et ça va en être un : la place de la culture et de l’art dans les lycées.

On va valoriser et développer l’éducation artistique, la musique, l’art ou le théâtre sans aucun moyen annoncé.

  • Sixième innovation : des liens avec le supérieur et les entreprises avec une banque de stages en entreprises par lycée et des stages d’enseignants en entreprise encouragés.

Si on peut discuter des modalités du 1er lien, l’accélération de la main mise des entreprises ne peut se faire qu’au détriment du service public et de ses valeurs.

On est loin de la grande réforme voulue en début de quinquennat même si l’Élysée laisse déjà entrevoir la nécessité de toucher aux « enseignements du cycle terminal » c’est-à-dire d’ici 2011 de supprimer des heures et des postes dans le cadre des 80 000 suppressions jamais infirmées dans l’Éducation.

Luc Châtel, en serviteur zélé, devrait préciser tout cela devant une sélection d’organisations syndicales dont nous sommes pour l’instant exclus en dépit de nos résultats électoraux.

Inutile de toute façon de compter sur une quelconque négociation, le projet devant être présenté définitivement pour la fin de l’année.

Pour autant SUD continuera de mettre les informations en sa possession à la disposition des personnels.


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 16 octobre 2017

Publication

687 Articles
Aucun album photo
9 Brèves
19 Sites Web
5 Auteurs

Visites

142 aujourd’hui
193 hier
724934 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés