Nouveau programme de 1re : c’est l’Histoire qu’on assassine !

dimanche 9 mai 2010
par  SUD Education NICE
popularité : 1%

L’encre des programmes de seconde à peine sèche, les experts de la rue de Grenelle viennent de rédiger, en quelques semaines, les projets de programmes de 1re. En Histoire, il vaudrait mieux parler d’une exécution sommaire.

A la suite de la réforme du lycée, l’Histoire ne figurera plus dans le tronc commun en terminale.
Le ministère a donc imaginé que la meilleure solution était de couvrir les anciens programmes de première et terminale en une seule année !

L’empilement des connaissances frôle le grotesque : une soixantaine d’heures par an pour l’histoire de l’Europe et de ses rapports au monde de 1848 à aujourd’hui !

En Histoire, ce résumé de 2 années de programme ne peut mener qu’au cours magistral nécessairement schématique.

Il s’agit donc d’un programme anti-pédagogique qui ne sera pas assimilable par les élèves.

L’approche systématique, par thèmes et études de cas, destinée à paraître problématiser l’essentiel se heurte au manque d’acquis préalables des élèves. Ce qui peut être possible en licence d’histoire devient intenable en lycée.

Par exemple, comment expliquer Vichy (dans le thème 5) en le détachant de la 2e guerre mondiale (dans le Thème 1) sans connaissance du Front Populaire ou de la crise des années 30 en France ? Ou encore comment traiter l’affaire Dreyfus sans les luttes politiques autour de la forme républicaine de l’Etat à partir de 1870 ?

En effet, des pans entiers d’une histoire socialement utile disparaissent puisqu’il faut tenir 2 années en une. Exit la naissance des idéologies marxiste, anarchiste et libérale ! L’histoire du mouvement ouvrier disparaît aussi sauf à considérer qu’il serait traité avec l’exemple anglais !

Exit la présentation des classes sociales de la société industrielle en tant que telle. Exit l’histoire politique et sociale de la France (les luttes autour de la form
e républicaine, la commune de Paris …) évacuée au profit de la seule affaire Dreyfus comme moment de l’enracinement républicain.

Exit l’histoire politique de la Ve république qui ne dépasse pas l’année 1962 !

Nos craintes d’un programme sans enseignement d’Histoire en terminale sont confirmées.

Avec des programmes s’achevant à la fin du XXe siècle dans le tronc commun, quelle Histoire va t-on enseigner sur les 4 h de terminale des séries L et ES … ?

C’est, à court terme, la porte ouverte à la suppression de l’épreuve du bac en Histoire et Géographie non seulement en terminale S mais dans toutes les terminales…et, à moyen terme, la disparition de l’enseignement de l’Histoire en terminale.

Nous avions bien raison de dire que le pouvoir poursuit, en même temps, deux objectifs avec cette réforme du lycée comme avec la réforme du primaire (suppression du samedi et des RASED, nouveaux programmes) et du collège (suppressions de postes et socle commun) :

  • un objectif libéral de casse du service public, d’économie budgétaire, de suppressions de postes, dans la logique de la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques)
  • mais aussi un objectif réactionnaire, dans l’idéologie qui préside à la conception des programmes et des enseignements, et dans la mise au pas des personnels.

Sur des sujets aussi importants et qui concernent toute la société, une « consultation » des seuls enseignants est prévue du 3 mai au 26 mai !

Alors, oui, il y a urgence à se mobiliser largement pour obtenir un vrai débat et la réécriture du programme d’Histoire du cycle terminal.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 9 décembre 2017

Publication

691 Articles
Aucun album photo
9 Brèves
19 Sites Web
5 Auteurs

Visites

97 aujourd’hui
217 hier
735404 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés