Lycée Carnot à Cannes : pour la première fois une liste SUD Education

dimanche 18 octobre 2009
par  SUD Education NICE
popularité : 2%

Au lycée Carnot Cannes, la liste Sud -Education a obtenu 13 voix, 13% et un siège :

Score honnête de cette liste pour une première tentative.

La participation a été de 70%.

FSU (SNES, SNEP) : 43 voix - 3 sièges

SNALC : 11 voix - 1 siège

Unis pour Carnot ( Liste locale « apolitique » ) ; 33 voix - 2 sièges (perte d’un siège par rapport à 2008-2009 ).

L’an dernier, le SNALC et la liste « Unis pour Carnot » ont voté une DGH qui avait pour conséquence la supression d’un poste.

Cette année, la FSU et SUD ensemble sont majoritaires au sein du personnel enseignant.

Seront-ils les seuls à s’opposer aux suppressions de postes à venir ?


Voici le texte de la profession de foi proposée :

 CONSEIL D'ADMINISTRATION du lycée Carnot de Cannes : UNE LISTE SUD - EDUCATION

 Pourquoi proposons-nous une liste ?

Dans un premier temps , nous nous sommes adressés aux représentant-e-s de FO et de la FSU pour leur proposer une liste unitaire au CA

L’ampleur de la casse du service public d’éducation et une certaine communauté de vue, rendait nécessaire et possible, selon nous, une activité commune. [1]

Cela n’a pas été possible.

Nous avons alors décidé de soumettre une liste SUD-EDUCATION à vos suffrages tout en espérant et souhaitant que, face aux mauvais coups et dans nos propositions, nous fassions front commun.

Quelles priorités mettons-nous en avant ?

 A l'échelle nationale :

Le dispositif contre la grippe A est présenté comme le nec plus ultra de la continuité du service public – comme s’il suffisait de transmettre des connaissances par le canal d’Internet ou par l’intermédiaire d’un écran pour réaliser un acte pédagogique ! – alors que dans le même temps, le gouvernement organise la discontinuité du service public d’éducation par le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Plus de 40 000 suppressions d’emploi en 3 ans dans l’éducation nationale et 13 200 postes menacés cette année alors que l’éducation est présentée comme un investissement national essentiel.

Ubu est au pouvoir.

L’an dernier, les journées d’action organisées par les syndicats, dont SUD, ont obtenu des résultats modestes, à l’exception du report de la réforme des lycées, pour lequel la mobilisation des lycéen-ne-s a été déterminante.

Il nous faut donc réfléchir ensemble et inventer de nouvelles formes d’action « gagnantes » à l’image de la « ronde des obstinés » dans le supérieur ou du mouvement de désobéissance civique dans le primaire.

Dans un autre domaine et dans les conditions actuelles, les concertations, sur la réforme du lycée comme sur le projet académique, nous apparaissent, comme une caricature visant à nous intégrer à un processus de participation pour mieux émousser notre capacité de contestation.

Refusons collectivement cette mascarade ou décidons nous-même de notre ordre du jour !

Enfin, même si le gouvernement a dû reculer sur ses projets de mise en concurrence généralisée des établissements, il prépare une redéfinition du service des enseignant-e-s qui s’appuie sur une multiplication des missions – bonjour la fatigue, le stress et la pédagogie au rabais ! - l’autonomie des établissements et le renforcement du pouvoir hiérarchique des chefs d’établissement.

Nous sommes opposés aux contre-réformes et non aux réformes.

L’objectif doit être la poursuite de la démocratisation, la lutte contre l’échec scolaire et l’amélioration des conditions de travail et d’étude.

C’est le contraire qu’on nous propose.

 Dans notre lycée

  • 35 élèves dans une grande majorité des classes et notamment en seconde alors que l’objectif affiché – et que nous partageons – est de réduire l’échec, en particulier parmi les familles modestes.

C’est une situation qui prêterait à rire si les conditions de scolarité des élèves et notre souffrance au travail n’étaient pas en jeu.

Notre principale priorité en découle : combattre toute suppression de poste quelle qu’elle soit, notamment en tissant des liens avec les organisations de parents et les représentan-e-s des élèves au CA.

C’est pourquoi nous nous engageons à voter contre toute suppression de poste, enseignant ou non enseignant et à informer les parents et les élèves du danger que cela représente.

  • l’ouverture d’une quinzième de classe de seconde, non prévue initialement, montre que les effectifs ont été largement sous-estimés.

Nous agirons pour que les prévisions soient conformes aux besoins de la zone et non aux volontés rectorales et ministérielles.

  • notre établissement est doté d’un volume d’heures supplémentaires supérieur à la moyenne académique.

Au delà des nécessités d’ajustement disciplinaires, nous nous prononçons en faveur de la transformation de la plus grande partie des HSA en postes d’enseignants.

  • la précarité dans laquelle vivent de nombreux-euses salarié-e-s n’est pas acceptable. Nos collègues contractuel-le-s, dès lors qu’ils ont satisfait à un contrôle pédagogique, doivent être titularisés.

Au CA comme à une échelle plus globale, nous nous emploierons à faire entendre cette exigence.

  • les nouveaux horaires adoptés par la direction de l’établissement posent problème, notamment entre 12 et 13h et en fin de journée.

Nous voulons montrer que l’efficacité pédagogique peut passer par d’autres voies que cette préoccupation quantitative.

  • la suppression du poste à la reprographie pose différents problèmes. En tout état de cause, le fonctionnement actuel n’est pas satisfaisant.

Le problème doit être reposée et une solution plus conforme aux besoins doit être trouvée.

Un Conseil d’administration n’est qu’une instance consultative.

Même si la défense et la transformation du système éducatif passe par la mobilisation des énergies à différents niveaux, il est important de faire entendre une autre voix dans notre établissement.


C’est ce que nous espérons pouvoir faire.


Pourquoi ne pas avoir eu la même démarche vis à vis des deux autres listes ?

Parce que l’efficacité et la nécessité d’une vision d’ensemble suppose un lien avec une organisation syndicale nationale, parce que nous avons parfois des conceptions différentes et parce que les représentant-e-s de ces deux listes ont voté, l’an dernier, une suppression de poste dans notre lycée.


Les représentants de la liste SUD - EDUCATION :

Julien CARTIER

Guy GIANI

Didier GOSTOLI

Alain LAMBILLON

Heriberto PARAJON.


[1( Au Collège René CASSIN de Tourrette Levens, une liste intersyndicale « Action- SOLIDAIRES » a obtenu 5 sièges sur 7 au CA de l’établissement )


Agenda

<<

2019

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 27 août 2019

Publication

731 Articles
Aucun album photo
9 Brèves
15 Sites Web
5 Auteurs

Visites

202 aujourd’hui
177 hier
861008 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés